Sigmund Freud, le maître de la psychanalyse

maître de la psychanalyse

La manière dont Freud a abordé la psychanalyse a révolutionné le monde de la santé mentale à l’aube du 20 ème siècle. Ce médecin psychiatre est considéré comme étant le fondateur de la psychanalyse. Pour lui, l’inconscient est un système de l’appareil psychique et ses études sont basées dessus.

Qui était Sigmund Freud ?

Sigmund Freud est né en Moravie, l’actuelle République Tchèque le 6 mai 1856. Sa famille quitte sa ville natale, Freiberg en 1860 pour s’éloigner des problèmes d’antisémitisme de l’époque et s’installe à Vienne où le jeune homme effectua de brillantes études scientifiques. Il obtient son diplôme en médecine en 1881 et se spécialise en neurologie. Il arrive en France en 1885 grâce à une bourse d’études qui lui permet de suivre des études approfondies en maladies nerveuses. Ses études sont basées sur celles de son professeur Jean-Martin Charot qui parlaient des origines de l’hystérie chez l’homme. Avec son ami Joseph Breuer en 1895, il trouva un nouveau type de cure contre l’hystérie qu’il appela cathartique. Le but était de placer le patient sous hypnose et de lui faire raconter des évènements traumatiques de son passé. C’est là qu’est née la psychanalyse qui est alors basée sur l’exploration de la conscience et de l’inconscience. Le médecin est décédé le 23 septembre 1939 à Londres.

Les théories de Freud

Les théories de Freud sont centrées sur l’inconscient et s’orientent sur 3 axes. Dans un premier temps, la psychanalyse est considérée comme une méthode d’investigation du psychisme inconscient. Ensuite, il est considéré comme une méthode de traitement. Enfin, il se réfère à la psychologie en général qui concerne la vision de l’homme. Ses voies expliquent les fondements de la thérapie par le fait que la combinaison du personnel, de la pathologie et du culturel amène à comprendre l’âme humaine. Dans tous les cas, cette psychanalyse est une discipline qui consiste à l’observation. Il faut observer le comportement de l’homme pour pouvoir l’aider à évoluer. Plus tard, Freud a aussi développé la théorie du « ça, le moi et le surmoi ». Le ça se réfère à la partie la plus obscure de l’être, le moi est la partie qui prend en charge la conscience et le surmoi se réfère à l’interdit, auquel le moi doit toujours se référer.

Evolution des théories freudiennes

Sans les études menées par Freud, la psychanalyse ne se serait jamais développée comme elle l’a fait. Elles ont permis la réalisation de nouvelles études encore plus intéressantes que celles du siècle précédent. Freud était incontestablement le maitre de la psychanalyse. Une des raisons qui l’a également à pousser ses études dans le domaine de la névrose est la constatation des troubles qui ont affecté son beau-fils. Après avoir fréquenté un névrosé pendant plusieurs années, les troubles du psychique n’ont plus eu aucun secret pour le médecin.